Non classé·Roman policier

LA VÉRITÉ SUR L’AFFAIRE HARRY QUEBERT

La vérité sur l’affaire Harry Quebert

Présentation du livre

  • Titre : La vérité sur l’affaire Harry Quebert
  • Auteur : Joël Dicker
  • Genre : Roman policier
  • Publication : 2012
  • Thèmes: Enquête, New Tork, Écrivain

Résumé

À New York, au printemps 2008, lorsque l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente: il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois. Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison. Convaincu de l’innocence d’Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

(Source Babelio)

Accroche

Si vous aimez les intrigues et les rebondissements, ce livre est fait pour vous !

La critique

Ce livre a reçu le prix Goncourt des Lycéens et le Grand Prix du roman de l’Académie française, sera adapté en série télévisée, a connu un succès mondial et est écrit par un jeune auteur suisse de tout juste 30 ans.

Le succès public du roman est indéniable, toutefois sa lecture laisse un sentiment mitigé.

Ce que j’en ai pensé :

La lecture est fluide et rapide malgré les 800 pages. « Qui a tué Nola ? Et surtout pourquoi? » Aucun moyen pour nous de découvrir le tueur, nos certitudes s’effondrent et le doute s’installe au fil de la lecture qui nous tient en haleine du début à la fin.

Beaucoup de rebondissements, mais pas de mélodrame, une dose d’intrigue mais sans l’aspect angoissant du roman policier, ce livre se dévore en quelques jours (et quelques nuits blanches au passage). Je regrette cependant quelques longueurs et quelques passages mal formulés, alors que le roman est pourtant écrit en français.

Autre bémol, je n’ai pas trouvé les personnages attachants. N’est pas Nabokov qui veut, et la relation mièvre et stéréotypée entre Harry et Nola m’a mise franchement mal à l’aise.

Dans cette Amérique profonde et puritaine, nous pouvons malgré tout compter sur l’humour de certains personnages, je pense à la mère de Marcus et au Sergent Gahalowood par exemple, qui m’ont fait rire et m’ont permis de m’évader quelques instants. Le héros, Marcus, est tête à claques et prétentieux, la plupart des personnages sont stéréotypés, Harry n’est pas l’écrivain attachant qu’il semble être et n’arrive pas à susciter la sympathie du lecteur.

Malgré cela (et la sordide fin de ce livre), le lecteur est entrainé dans un jeu de fausses pistes et de flash-back, nous nous faisons manipuler du début à la fin, et l’intrigue est tout de même bien menée.

Choix d’un passage marquant ou préféré dans le livre:

« Un bon livre, Marcus, est un livre qu’on regrette d’avoir terminé »

Élaborer un baromètre

Coeur-3

2 commentaires sur “LA VÉRITÉ SUR L’AFFAIRE HARRY QUEBERT

  1. J’ai été atrocement déçu par ce livre. Trop de recopiage de passages d’un chapitre à l’autre… je suis sûr qu’au moins 100 pages sont des redites. Le personnage de Nola est magique jusqu’à [SPOIL] la scène avec le flic au poste juste avant la fuite… ça m’a brisé son image. Et la fin et l’intrigue globale sont finalement assez classique. Du coup je n’ai jamais osé lire autre chose de cet auteur…

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour votre commentaire,
    J’ai aussi un peu le même sentiment, et surtout l’impression de rester sur ma faim. Ce livre a fait tellement de bruit que je m’attendais à mieux. Que les académiciens ne soient pas habitués à lire des thrillers, je peux le comprendre, mais le Goncourt des Lycéens nous a habitué à bien mieux!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s