Historique·Roman

JE, FRANÇOIS VILLON

Présentation du livre

  • Titre : Je, François Villon
  • Auteur : Jean Teulé
  • Genre : Roman historique
  • Publication : 2007
  • Thèmes: Histoire, Poésie, Moyen-Âge, Meurtre…

Résumé 

Il est peut-être né le jour de la mort de Jeanne d’Arc. On a pendu son père et supplicié sa mère. Il a appris le grec et le latin à l’université de Paris. Il a joui, menti, volé dès son plus jeune âge. Il a fréquenté les miséreux et les nantis, les étudiants, les curés, les prostituées, les assassins, les poètes et les rois. Aucun sentiment humain ne lui était étranger. Des plus sublimes aux plus atroces, il a commis tous les actes qu’un homme peut commettre. Il a traversé comme un météore trente années de l’histoire de son temps et a disparu un matin sur la route d’Orléans. Il a donné au monde des poèmes puissants et mystérieux, et ouvert cette voie somptueuse qu’emprunteront à sa suite tous les autres poètes : l’absolue liberté.

(Source Babelio)

Si vous voulez acheter «Je, François Villon » de Jean Teulé , voici le lien Amazone: Je, François Villon

Accroche

Pour (re) découvrir la vie de François Villon, poète maudit du XVème siècle, ouvrez ce livre !

La critique

Jean Teulé met ses talents de conteur au service de François Villon, poète maudit du XVème siècle. 

Il grandit à l’église Saint Benoit le Bétourné à Paris, auprès du Chanoine Guillaume de Villon, qui prendra soin de lui et de son éducation à la mort de sa mère. 

On sait peu de choses de la vie et surtout de la mort de François Villon, mais nous connaissons tous les poèmes « La Ballade des Pendus » ou encore « Mais où sont les neiges d’antan ? » pour les avoir étudiés à l’école. 

Dans ce roman, chaque poème à sa place, ses causes, ses conséquences dans la vie de François Villon. Les anecdotes sont sanglantes, le style est incisif et violent, les descriptions nous éclaboussent et les détails sont nauséabonds. Certes, au Moyen Age la mort était omniprésente, mais ce roman est une plongée au cœur des ténèbres médiévales. 

François Villon est un menteur, un voleur, il fréquente aussi bien les Coquillards, une bande de brigands sordides, que les étudiants et professeurs de la Sorbonne. Certains détails sont-ils romancés ou bien réels ? François Villon a-t-il vraiment livré la belle Isabelle aux Coquillards ? A-t-il vraiment été torturé dans les geôles de l’évêque ? 

Dans tous les cas, certains passages sont sordides et nous soulèvent le cœur. La poésie de François Villon et l’humour de Jean Teulé ne sauvent pas la brutalité du récit. 

Malgré cela, ce roman est une œuvre initiatique à l’œuvre du poète. Jean Teulé est extrêmement bien documenté, et nous découvrons des anecdotes historiques telles que les combats d’aveugles et les femmes recluses, ce qui nous semble totalement impossible à notre époque et pourtant bien d’actualité au XVème siècle. 

François Villon disparu sur la route d’Orléans, banni de Paris après une énième frasque, et l’on entendit plus jamais parler de lui…

« Je suis français, ce qui me pèse, 

Né de Paris emprès Pontoise, 

Et par la corde d’une toise, 

Mon cou saura ce que mon cul pèse… aaah ! »

Élaborer un baromètre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s