Roman

SOUVENIR DE L’AMOUR: CHRYSIS

Présentation du livre

  • Titre : Souvenir de l’amour: Chrysis,
  • Auteur : Jim Fergus,
  • Genre : Roman historique,
  • Publication : 2014
  • Thèmes: Biographie romancé, Amour, Peinture, Années folles, Etc…

Résumé 

Tout a commencé avec un tableau. En flânant chez un antiquaire niçois, Jim Fergus déniche une toile sensuelle, joyeuse, amoureuse. Sur le châssis, l’étiquette mentionne le nom de l’artiste : Chrysis Jungbluth, vers 1925… C’était le temps de l’allégresse et de la passion. Dans le Montparnasse des Années folles, la jeune Chrysis, rebelle, avant-gardiste, furieusement moderne, bousculait les règles de l’art.

Paris, 1925. Gabrielle « Chrysis » Jungbluth, âgée de 18 ans, entre à l’atelier de peinture des élèves femmes de l’École des beaux-arts pour travailler sous la direction de Jacques Ferdinand Humbert, qui fut le professeur de Georges Braque. Exigeant, colérique, cet octogénaire, qui règne depuis un quart de siècle sur la seule école de peinture ouverte aux femmes, va vite réaliser que Chrysis n’est pas une élève ordinaire. Précoce, ardente et véritablement talentueuse, cet esprit libre et rebelle bouscule son milieu social et un monde de l’art où les hommes ont tous les privilèges. Elle va bientôt se perdre dans des plaisirs désinvoltes et devenir l’une des figures de la vie nocturne et émancipée du Montparnasse des Années folles. C’est là qu’elle va rencontrer Bogey Lambert, cow-boy américain sorti de la Légion étrangère, et vivre un amour fou. 

Voici le lien Amazon: Souvenir de l’amour

Accroche

Au-delà de la belle histoire d’amour entre Bogey et Gabrielle « Chrysis », venez redécouvrir le Paris des années folles!

Qui est Jim Fergus ?

Jim Fergus est né à Chicago en 1950 d’une mère française et d’un père américain. Il vit dans le Colorado. Mille Femmes blanches est son premier roman, suivi de La fille sauvage, Marie Blanche et Chrysis. Il est aussi l’auteur d’un ouvrage consacré à ses souvenirs de chasse, Espaces Sauvages, déjà considéré comme un classique dans le domaine de la littérature américaine. Mille Femmes blanches a été salué par l’ensemble de la critique américaine. Hollywood a acheté les droits du livre pour en faire une adaptation.  

Mon avis

Je connais l’existence de roman depuis quelques années mais je n’avais jamais eu envie de le lire… le milieu dans lequel il se situe ne m’intéressait pas.

Et puis j’ai découvert la genèse de ce livre : la compagne de Jim Fergus, Mari, malade du cancer, était tombée amoureuse d’un tableau peint par Chrysis Jungbluth dans les années vingt à Paris.

La mort de Mari puis un autre événement l’ont amené à l’exploration de la vie de cette jeune artiste et de son tableau appelé Orgie :

« Je terminai enfin ma longue saga familiale , sept ans après l’avoir commencée. Le tableau, Orgie, était accroché dans mon salon et je le regardais tous les jours, essayant d’imaginer la vie de l’artiste. »

Et voilà pourquoi j’ai eu envie de lire ce roman, né d’une histoire d’amour tragique.

Les chapitres alternent entre Bogart, le cow-boy et Gabrielle la française à l’âme d’artiste.

Il y a quelque chose d’extrêmement naïf dans le personnage de Bogey qui quitte son Colorado natal avec Crazy Horse, son cheval, à la poursuite d’un idéal qui est d’aller aider les descendants de ses ancêtres, les français. Il y a aussi beaucoup de poésie dans son rêve !

Gabrielle (Chrysis) est une femme qui n’est pas en accord avec son temps, elle est anticonformiste, elle se veut libre et se moque des codes et ce que la société exigeait des femmes à cette époque :

« C’est ainsi que, dès son premier semestre à l’atelier, Gabrielle commença à se forger une réputation parmi les étudiants et les professeurs, de semeuse de troubles, d’agitatrice, de contestataire, de féministe et peut-être aussi de lesbienne, même si, assurément, elle avait aussi quelques amis et soutiens du même tempérament. »

On n’a pas l’impression qu’elle rejette ces codes là mais plutôt qu’ils ne font pas partie de sa vie, de son esprit, elle ne pense pas comme ça donc ça n’existe pas. et puis comme elle gravite dans un milieu artistique qui se débarrasse de tout ça, sa vie à elle va être libre de toute contrainte patriarcale, libre de cette société qui refuse tout aux femmes et permet tout aux hommes.

C’est fascinant de découvrir le monde artistique des années 20, la vie de Bohème, où ces jeunes et moins jeunes renonçaient au confort pour aller au bout de leur rêve quitte à souffrir de la faim, du froid et du manque de tout.

On dirait que Gabrielle et Bogey ne viennent pas de la même planète, pas du même univers, pas de la même époque, pas du même siècle.

Lui vient de la terre et des rodéos, elle de la petite bourgeoisie et finit par vivre dans le Paris des années folles, deux mondes complètement différents et pourtant ils vont se trouver.

C’est comme deux univers qui se télescopent pour ne plus en faire qu’un.

Il y a une telle ouverture d’esprit dans les romans de Jim Fergus ! On y trouve absolument tout, des putes, des libertins, des homosexuels, toutes les nationalités, toutes les origines et tout ça est aussi naturel que de respirer.

C’est une belle histoire, qui m’a fait voyager du Colorado au Paris artistique des années folles.

Un commentaire sur “SOUVENIR DE L’AMOUR: CHRYSIS

Répondre à topobiblioteca Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s