Historique

LES YEUX DE SOPHIE

Présentation du livre

  • Titre: Les Yeux de Sophie,
  • Auteur : Jojo Moyes,
  • Genre : Roman historique,
  • Publication : 2012,
  • Thèmes : Première guerre mondiale, amour, peinture, littérature anglaise, etc.

Résumé

« J’ai cru que c’était la fin du monde. J’ai cru que rien de bon ne pourrait plus m’arriver. Je ne mangeais plus, je ne sortais plus. Je ne voulais plus voir personne. Mais j’ai survécu. Contre toute attente, j’ai fini par surmonter l’insurmontable et, petit à petit, la vie m’a paru vivable. » Paris, 1916. Sophie Lefèvre doit prendre soin de sa famille alors que son mari part pour le front. Quand la ville tombe entre les mains de l’armée allemande, au milieu de la Première Guerre mondiale, Sophie est contrainte de faire le service tous les soirs à l’hôtel où réside la Wehrmacht. À l’instant où le nouveau commandant découvre le portrait qu’Édouard a fait de sa femme, cette image l’obsède. Une dangereuse obsession qui menace la réputation, la famille et la vie de Sophie, et va la conduire à prendre une terrible décision. Un siècle plus tard, à Londres, Liv Halston reçoit ce portrait en cadeau de la part de son mari avant de recueillir son dernier soupir. Sa vie est bouleversée de plus belle lorsqu’une rencontre fortuite lui permet de découvrir la véritable histoire de ce tableau.

(Source Babelio)

Accroche

Un roman doux et puissant à la fois, un souffle d’espoir et de courage dans les destins croisés de deux jeunes femmes qu’un siècle sépare, mais qui ont l’amour en partage.

Mon avis

Les romans de Jojo Moyes ont une âme qui leur est propre, et si nous pouvions plonger notre regard dans les profondeurs des Yeux de Sophie, nous verrions qu’elle est pure et limpide.

Dans la France de 1916, Sophie vit à St Péronne, petit village isolé du nord du pays. Alors que les hommes sont partis combattre au front, la tranquillité du village est bousculée par les Allemands qui s’y installent. L’auberge de Sophie est réquisitionnée et, avec sa sœur, elles vont devoir servir à dîner aux officiers tous les soirs, à contrecœur et sous la contrainte.

Le mari de Sophie, que nous connaissons uniquement par les lettres qu’il lui fait parvenir du front, lui laisse un souvenir inestimable peu avant son départ : un portrait d’elle, peint par amour, un portrait étourdissant d’une femme amoureuse, libre et lumineuse, loin de la guerre et des privations.

C’est l’histoire de ce portrait, Les Yeux de Sophie, que Jojo Moyes nous raconte avec tant de douceur et de poésie.

Un officier allemand, Herr Kommandant, semble alors fasciné par ce portrait, qui trône dans la salle à manger de l’auberge. Entre l’officier et la jeune femme naît alors une relation étrange et ambigüe.

A la moitié du roman, nous faisons un saut dans le temps : en 2006, Olivia Halston a du mal à s’en sortir après le décès soudain de son mari. Des difficultés financières, les dettes s’accumulent, des difficultés affectives, dans cette grande maison où tout lui rappelle son amour passé. Mais Liv possède un tableau d’une valeur affective incommensurable : Les Yeux de Sophie, offert par son mari lors de leur lune de miel.

Le passé et le présent se conjuguent merveilleusement dans ce roman fait de destins croisés, celui de deux femmes fortes et fragiles à la fois, soumises aux adversités de la vie, mais qui vont pourtant réussir à se relever. Sophie et Liv ont l’amour en partage, un amour sans égal et d’une force éblouissante.

Les Yeux de Sophie est un portrait qui révèle ses secrets, au fil de la lecture. L’auteur aborde le thème des œuvres d’art volées pendant la 1ère et la seconde Guerre Mondiale par les Allemands, les propriétaires spoliés, leur combat pour les récupérer, parfois des décennies après les événements, et les détenteurs des œuvres en question, pas toujours au courant de leur provenance et de leur histoire sombre et tragique.

Ce roman est une ode à l’espoir, le récit est bouleversant : une belle lecture que je ne peux que vous recommander.

« Je n’aurais pas enterré ma femme sous les légumes, marmonna René. Cela les aurait rendus encore plus amers et ratatinés qu’ils ne le sont déjà ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s