Roman

LES FLEURS D’HIROSHIMA

Présentation du livre

  • Titre: Les Fleurs d’Hiroshima,
  • Auteur : Edita Morris,
  • Genre : Roman,
  • Publication : 1959,
  • Thèmes : Bombe nucléaire, Hiroshima, Japon, drame.

Accroche

Edita Morris, suédoise qui vécut pendant 10 ans à Hiroshima entre 1950 et 1960, nous retranscrit avec justesse son ressenti sur la vie après la catastrophe au travers d’une jolie histoire qui met en scène la relation entre Yuka et Sam.

Mon avis

1960, Hiroshima.

Le printemps vient d’arriver, il fait beau et chaud. Les robes de printemps et les manches courtes sont de sorties. Yuka de son coté prépare son kimono. Un kimono à manches longues…

Au loin on peut apercevoir un bouquet de fleurs qui descend le courant, dans la rivière. Que fait ce bouquet, ici? Des jolies fleurs blanches, des pensées, qui, en Occident, symbolisent la pureté, la fraîcheur et la naissance d’une nouvelle relation amoureuse. Pourtant, ce n’est pas le cas ici.

Autant de symboles et de mystères desquels notre cher Sam, qui débarque tout droit d’Amérique pour quelques affaires, est totalement étranger.

Grâce au confinement que l’on vit tous actuellement, j’ai eu la chance de pouvoir aller mettre la main sur de vieux livres qui prenaient la poussière au fond de ma bibliothèque et que je n’avais encore jamais lus. quand je suis tombé sur celui-ci. J’ai instantanément pensé: « C’est bon, c’est celui-là que je vais lire ». On connait tous l’histoire d’Hiroshima, mais nous la connaissons pourtant assez peu, et pas dans les détails.

« Pouvez-vous me dire pourquoi Ohatsu (18 ans) a besoin de deux sous-kimonos ? Nous sommes en mai, elle va étouffer avec tout ça! » – Sam.

Dans ce roman, au travers de la relation de Yuka et Sam, nous allons pouvoir revivre cette tragique histoire et surtout comprendre quelles ont été les retombées de la catastrophes, 15 ans après.

Ce qui m’a le plus bouleversé c’est évidemment les flash-back de 1945, mais aussi de voir à quel point ce fut difficile aussi pour les survivants, les blessés et les mutilées, tous ces gens qui portent dorénavant sur leur peau les cicatrices du passé, symboles de marginalité et de différence Ils sont des parias, des gens « radioactifs » qu’on préfère ne pas voir et éviter.

« Qu’est-ce que c’est, ce bouquet de fleurs qui descend la rivière, Yuka? » – Sam

L’auteur, Edita Morris, est suédoise. Elle parcourt le monde, traquant les injustices et les misères, et vivra pendant 10 années à Hiroshima. Elle nous retranscrit, avec justesse, sont ressenti à travers cette jolie histoire.

Une histoire simple mais touchante, émouvante et poétique, qui nous rappelle une fois de plus qu’il nous faut apprendre de nos erreurs. Je vous recommande ce livre.

Pour finir je dirais: « S’il vous plait, Hiroshima, plus jamais ça. »

« Vingt mille personnes reposent au fond du fleuve. Comme maman, elles se sont précipitées en flammes dans les eaux. Les gens viennent aujourd’hui déposer des fleurs à la surface de la rivière. C’est la seule tombe qu’ils peuvent fleurir. » – Yuka

6 commentaires sur “LES FLEURS D’HIROSHIMA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s